Faits et dates

Nous avons fait nos adieux à Sophia le 30 août 2015 à l’aéroport d’Amsterdam. Elle arrive le lendemain à Kampala où elle fera son stage de huit semaines à l’hôpital avec l’intention de voyager ensuite pendant quelques semaines dans le pays.
Son retour est prévu pour le 10 novembre. La cérémonie pour la remise du dîplome de bachelor se déroulera le 13 novembre et elle est très heureuse que nous y soyons tous.

Avant son départ nous avions décidé, Sophia et moi, sa maman, que j’irais lui rendre visite. Le séjour de ma fille en Ouganda est pour moi une bonne raison de découvrir l’Afrique. Peu de temps après son départ j’achète un billet pour le 13 octobre jusqu’au 3 novembre.

Sophia loge à Kampala dans un campus du AIESEC, l’organisation qui règle les stages. Je lui rends visite et rencontre ses colocataires. Nous nous voyions ensuite plusieurs fois à Kampala.

Le 22 octobre 2015 Sophia fait ses adieux au personnel de l’hôpital, c’est le dernier jour de son stage. Elle part le lendemain avec des compagnons de voyage pour visiter Ouganda.

Ils arrivent le mercredi 28 octobre 2015 dans l’après-midi au Parc National Murchison Falls. Après avoir fait un tour en bateau sur le Nil ils arrivent vers 6 heures à leur logement pour la nuit, le Student Education Centre. Ils sortent leurs affaires de la voiture et Sophia leur dit qu’elle va aux toilettes, un bâtiment à part qui se trouve un peu plus loin.
C’est la dernière fois qu’on voit Sophia.

Ses compagnons de voyage donnent vite l’alarme et en un quart d’heure les recherches commencent par les rangers du parc. Sans résultat. Les recherches continuent les jours suivants par les rangers du parc et la police, aussi dans la rivière.
Sophia n’est pas retrouvée.

J’arrive le vendredi 30 octobre 2015 le matin au Parc National Murchison Falls où je rejoins ses compagnons de voyage bouleversés. Quelques heures plus tard des employés de l’ambassade des Pays-Bas en Ouganda se joigne à nous et m’assisteront jusqu’à mon départ.

Les recherches continuent avec l’aide d’un hélicoptère et des chiens pisteurs accompagnés par des policiers et des rangers du parc.

Une équipe de la police des Pays-Bas vient en renfort avec un drone le 4 novembre 2015.
Sophia n’est pas retrouvée.

L’ultime cauchemar de chaque parent, partout dans le monde. Ton enfant part faire un voyage et ne revient plus. Pour nous jour et nuit une réalité depuis le 28 octobre. Elle nous manque à nous, ses parents, ses  frères, sa famille et ses amis.

Sophia, avec sa joie de vivre et son envie d’aventure peut parfois être frappée d’émotions incitatives, surtout dans des moments de tension ou quand il y a beaucoup d’action et de sensations fortes autour d’elle. Elle dort de moins en moins bien jusqu’à une insomnie toute la nuit. En même temps elle devient infatigable et très active et peut ne plus savoir où sont ses limites. Elle tombe dans une spirale négative où elle ne peut pas s’en sortir d’elle même. Elle aurait besoin de médicaments pour la calmer.
Au jour d’aujourd’hui, en regardant tous les faits connus, nous croyons que cela doit avoir joué un rôle important dans sa subite disparition. C’est pourquoi il est vitale que nous retrouvions Sophia aussi vite que possible parce-que, si elle est en cet état, elle est incapable de retrouver son chemin elle même.

Tant qu’on n’aura pas de preuves contraires nous restons à croire que Sophia est vivante. Nous devons continuer à chercher et faire tout notre possible pour retrouver notre fille. L’incertitude dans laquelle nous vivons est dévastatrice. Rester les bras croisés n’est pas une option.